"Gens Una Sumus": M.I Nicolas Brunner 2428 elo (Vandoeuvre Echecs) ...

Portrait "Gens Una Sumus": M.I Nicolas Brunner 2428 elo (Vandoeuvre Echecs) ...

Photo: Championnat de Paris en juillet 2007.

Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Nicolas Brunner, 23 ans, MI depuis début 2007, élo 2428 (meilleur élo : 2439 en avril 2007). Je suis également ingénieur diplômé de l’école nationale supérieure des industries chimiques (ENSIC), et je suis dans la vie active depuis le milieu de l’année 2007, travaillant sur Paris pour une entreprise d’ingénierie dans le secteur du gaz naturel, réalisant des projets de conception et construction d’installations industrielles (gazoduc, stockages, …) pour les grands groupe gaziers comme Gaz de France ou les équivalents à l’étranger.

Quand et dans quelle circonstance as-tu appris les échecs ?

Quand j’avais 7 ans, je cherchais une activité ludique et j’avais commencé par le football, très à la mode. Mes résultats étaient très mauvais car je n’étais pas fait pour cette activité. Peu de temps après, mon père m’a appris à jouer aux échecs et j’ai tout de suite accroché. Un jour (en 1994), il y avait une publicité dans le journal local « L’est républicain » comme quoi il y avait un club à Nancy et mes parents ont eu l’idée de m’y inscrire. Je me souviendrai toute ma vie du jour où j’ai passé cette porte et y ai rencontré mon premier entraîneur (Vincent Moret) car dès le premier cours, je fus pris d’une passion pour l’activité, passion jamais disparue depuis !

Photo: mon troisième championnat de France jeunes en 1996 à Hyères en pupille.

Quel a été ton parcours jusqu'à maintenant ?

Bizarrement, mon premier grand succès fut obtenu chez les adultes ! J’ai en effet gagné l’Open B de Narbonne en 1997 alors que je n’avais que 12 ans. Ma première percée chez les jeunes arriva à Pau en 2000 où j’ai fini troisième du championnat de France jeunes minimes, me qualifiant ainsi pour l’équipe de France et le championnat du monde des jeunes à Oropesa, très grand moment. J’ai ensuite connu un autre succès chez les adultes en 2001 en finissant co-vainqueur de l’Open A à Marseille. Puis après quelques années de maturation sur le plan des études et échiquéen, j’ai été chasseur de normes de MI, réalisant trois normes de MI en un an : à l’open de Vandoeuvre en décembre 2005, au tournoi fermé de Marseille en juillet 2006 (avec un point de plus que nécessaire, deux rondes avant la fin, et finissant co-vainqueur du tournoi), et à l’open de Vandoeuvre en décembre 2006. Enfin, j’ai connu lors de mes derniers moments d’étudiant un superbe résultat en juin 2007 car j’ai réalisé une norme de GMI en top 16.

Après ce palmarès sur le plan individuel, je peux citer quelques résultats en équipe : en N1 jeunes j’ai fini troisième avec l’équipe de Nancy lors d’une de mes premières saison : 1995/1996, et j’entame ma sixième saison en Top 16 avec l’équipe de Vandoeuvre (après avoir fait deux fois monter l’équipe depuis la division inférieure : en 2000/2001 et 2005/2006). J’ai également connu une excellente saison en 2006-2007 avec mon équipe de Namur où nous avons terminé deuxième de la première division du championnat de Belgique.

Photo: Open de Vandoeuvre 2005. Ronde 2: Friso Nijboer - Nicolas Brunner 0 - 1 . Déboucha sur ma première norme de MI.

Parle nous de ton entraînement ?

Comme indiqué ci-avant, mon premier entraîneur fut Vincent Moret entre 1994 et 2000 jusqu’à ce que j’obtienne l’élo de 2200. Vincent m’a formé sur les différents domaines du jeu et m’a aussi entraîné dans la culture de la préparation poussée de l’ouverture. Je garde cette influence travaillant encore beaucoup aujourd’hui les ouvertures.
Je me suis entraîné ensuite avec plusieurs titrés : Olivier Renet a été mon préparateur pendant le championnat de France des jeunes à Hyères 2002, j’ai pris un également certain nombre de cours particuliers pendant des week-ends avec : Igor Glek, Alexei Chernuschevich, Chris Ward. Et depuis 2006 j’ai, grâce à mon club Vandoeuvre-échecs, un entraîneur régulier qui est le GMI très expérimenté Vlastimil Jansa.

Je me suis entraîné également à l’aide de livres connus et moins connus. Deux livres très célèbres m’ont je pense influencé : « Play like a grandmaster » d’Alexander Kotov qui m’a appris à mieux structurer ma réflexion lors d’une partie et « my 60th memorables games of bobby Fischer » car ces 60 parties sont tellement instructives…

Enfin comme presque tous les joueurs de ma génération, je travaille actuellement beaucoup avec l’informatique.


Quel est ton répertoire avec les Blancs et avec les noirs ?

Vlastimil Jansa est unanime au sujet des ouvertures : les échecs ont beaucoup évolué avec l’arrivée des ordinateurs et des bases de donnée et donc l’époque où il était possible de jouer un seul système avec de bons résultats sans craindre des préparations est terminé. C’est pourquoi j’ai un répertoire assez élargi : avec les noirs je joue beaucoup de siciliennes différentes sur e4, et sur d4, on peut me retrouver dans des nimzo, des slaves, ou encore des gambits benko ! Avec les blancs, je suis essentiellement joueur de 1.d4 mais il m’arrive également de jouer 1.e4 et 1.Cf3.

Photo: Top 16 saison 2001/2002 : Nicolas Brunner – Boris Spassky 0-1, avec Etienne Bacrot en train de regarder la partie en arrière plan.

Quel a été ton meilleur moment et souvenir dans ta vie de Joueur d'Echecs?

Je ne vais pas mentionner ici les moments forts en terme de résultats l’ayant déjà fait précédemment mais je vais parler de quelques souvenirs très forts qui l’ont été pour d’autres raisons. Tout d’abord je pense à ma rencontre avec le GMI Anthony J Miles qui joua avec Vandoeuvre dans mon équipe lors de la saison de nationale 2 2000/2001. Il a été une grande star dans les années 80 (en étant dans les 20 premiers mondiaux et en battant Karpov en 1984 avec les coups 1.e4 1…a6) et ce fut la première grande star des échecs que je rencontrais personnellement et avec qui je pouvais discuter et même analyser mes parties du week end. Cette rencontre me marqua aussi beaucoup pour une raison moins joyeuse : Miles mourut quelques mois après avoir été mon coéquipier.

Deux autres moments très forts que je cite très souvent : ma partie contre l’ancien champion du monde (1969-1972) Boris Spassky lors du Top 16 en 2002 (cf photo) qui fut d’ailleurs une des dernières parties officielles jouées par Spassky jusqu’à ce jour, et ma partie contre Etienne Bacrot (à l’époque 2725 et numéro 9 mondial) à Venaco au corsican circuit de 2005 où j’ai joué juste à côté de Vishy Anand actuellement champion du monde (cf photo).

Photo: Corsican circuit 2005 : étape Venaco. Ronde 2/table 2: Brunner Nicolas – Etienne Bacrot 0-1, avec table 1 : Vichy Anand actuellement champion du monde.

Qui sont les plus forts joueurs que tu as battus ? Annulés ?

Sulskis.S (Cappelle Open 2005), Nijober.F (Vandoeuvre 2005), Glek.I (Vandoeuvre 2006), Horvath.J (Chambéry 2007)

De nombreuses nulles contre de forts GMI : Korneev.O (Le Touquet 2004), Iordachescu (Masters Bastia 2005), Spraggett (Metz 2006), Epishin (Metz 2006), Malhakatko (Cap d’agde 2006), Guliyev (Tournoi GMI conseil général 2007), Golod (N1 Belge 2007-2008), Tregubov (Top 16 2008) ...

Et plus quelques victoires en rapides, plus pour l’anecdote, car les parties rapides ne sont pas pour moi les vrais échecs : Fedorchuk, Guliyev, Kveinys, Popovic, Barsov …

Photo: Top 16 saison 2007/2008. Match Clichy-Vandoeuvre. Partie Nicolas Brunner – Pavel Tregubov 1/2.

Quel(le) est ton(ta) joueur(se) préféré(é)?

J’ai été influencé par plusieurs joueurs que j’admire : Karpov et Kramnik pour leur jeu positionnel très fin, Fischer et Kasparov pour leurs impressionnantes victoires avec la sicilienne najdorf côté noir.

Photo: Top 16 saison 2006/2007. Match Vandoeuvre-Strasbourg. Partie Brunner - Reinhart 1-0, qui m'a fait obtenir ma 1ère norme de GMI.

Quel est ton principal trait de caractère ?

Il est toujours difficile de se résumer en un trait de caractère mais un des traits que j’ai envie de citer est la ténacité car il s’applique bien à la fois à ma personnalité dans la vie et aux échecs : je n’abandonne pas facilement ! Pour citer un exemple échiquéen, ma récente partie contre Samy Shoker en Top 16 lors du match Vandoeuvre – Bois Colombes : j’avais une position très mauvaise voir complètement perdante mais je me suis efforcé de trouver les seuls coups permettant de rendre la victoire pas complètement triviale. Et cela marcha : Samy joua plusieurs imprécisions et au final j’ai réussi à annuler ma partie, et nous avons gagné 4-3.

et ton principal défaut?

Il provient de mon activité professionnelle et ludique (dans les deux cas intellectuelle) : je suis quelqu’un de particulièrement pas manuel ! Et au niveau du défaut échiquéen, j’en ai évidemment comme tout le monde un, mais c’est à mon adversaire de le trouver ;-).

Photo: Grand salon de l’hôtel de ville de Nancy. 29 Juin 2007. Journée officielle avec des professeurs et des camarades de promotion, de remise du diplôme de l’école nationale supérieure des industries chimiques (ENSIC), un très grand souvenir de la vie étudiante.

As tu une autre occupation préférée ?

Je pratique un sport à un très faible niveau : le badminton. C’est plus pour me détendre qu’autre chose. Et sinon j’aime les films et aussi les jeux vidéos d’action :)

Quels sont tes prochains Challenges à court et moyen terme?

Je m’étais fixé un challenge important durant mes années en école d’ingénieur : celui de devenir MI. Je l’ai atteint et j’ai même obtenu à mon agréable surprise une norme de GMI. Néanmoins devenir GMI c’est une autre affaire qui demande un niveau de jeu encore supérieur.

Mon important changement au niveau de ma vie (passer du monde étudiant à professionnel) m’a pris du temps et de l’énergie intellectuelle et les premiers mois d’adaptation à cette nouvelle vie ont été un peu difficiles au niveau des échecs mais je suis toujours très avide de forts tournois même si je ne me fixe pas un objectif à atteindre à tout prix pour ces prochaines années : si un bon résultat arrive tant mieux, sinon ce n’est pas grave car ce que je désire avant tout c’est
continuer à jouer aux échecs aussi bien que possible, et le plus important c’est de prendre toujours autant de plaisir à être devant l’échiquier !

Merci à Nicolas pour son formidable travail: un superbe portrait !!!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Championnats du Monde des – de 8 ans à – de 12 ans à Batumi (Géorgie) : Ronde 8 : Le camp tricolore change de leader

Championnats d'Europe des Jeunes à Prague : Ronde 9 : Le podium échappe aux jeunes tricolores...

Championnats du Monde des – de 14 ans à – de 18 ans en Russie : Ronde 6 : Reprise timide pour la french team...